УДК 81’27

ББК Ш100.3 ГСНТИ 16.21.61 КОД ВАК 10.02.19

ERIC DESCHAMPS

Ekaterinbourg, Russia

LES ORIGINES DES CLICHES SUR LA RUSSIE EN FRANCE

ПРОИСХОЖДЕНИЕ СТЕРЕОТИПОВ О РОССИИ ВО ФРАНЦИИ

Аннотация. Рассматривается аннотация представлений о России во Франции, преимущественно на материале классической литературы. В качестве константы указываются суровые климатические условия (холодная зима).

Ключевые слова: образ России; приключенческая литература; стереотип; Сибирь; русская зима; Жюль Верн; романтизм; классицизм.

ERIC DESCHAMPS

Ekaterinbourg, Russia

LES ORIGINES DES CLICHES SUR LA RUSSIE EN FRANCE THE ORIGIN OF STEREOTYPES ABOUT RUSSIA IN FRANCE

Abstract: Image of Russia that exists in France is studied on the basis of classical literature. Severe climate (cold winter) is regarded as a constant.

Key words: image of Russia; adventure literature; stereotype, Siberia; Russian winter, Jules Verne; romanticism; classicism.

Bien que des nouveaux moyens de communications existent et qu'il soit desormais plus facile de voyager, la Russie d'hier comme celle d'aujourd'hui est encore vue depuis la France par les yeux de nos auteurs qui continuent de contaminer leurs lecteurs. Les cliches qu'ils ont vehicules au cours du XIXe siecle, temoins d'une autre epoque, sont encore tenaces.

Les principaux cliches herites d'un livre d'aventure Tout le monde sait que les echanges culturelles entre la France et la Russie ne sont pas nes d'hier, et cette annee croisee France-Russie est bien sur la pour nous le rappeler.

En son temps, la fascination exercee par la France, alors au sommet de sa domination culturelle sur l'Europe, avait motive Pierre Ier a realiser un voyage de plusieurs mois en Europe avec une longue ambassade en France en 1717. C'est d'ailleurs a cette occasion, alors qu'il sejournait au Chateau de Versailles qu'il

peaufina son idee de construire ses magnifiques palets de Peterhof pres de Saint-Petersbourg.

Il est done tout naturel que I'image que les Frangais ont de la patrie de Tolstoi et Tchaikovski soit une image deja surannee vieille de 2 ou 3 siecles.

Si l'on cherche dans la litterature en langue frangaises, les grands ecrivains qui ont consacre un ouvrage ou quelques lignes a la Sainte Russie, on se rend vite compte, que face a la plethore d'auteurs russes qui faisaient meme l'effort d'ecrire dans la langue alors aristocratique de Moliere, les romanciers frangais de leur cote rivalisaient egalement pour parler de la Russie a la fin du XIXe siecle. Une etude recente montre, qu'a cette epoque, la France est d'ailleurs loin devant toutes les autres nations et arrive en tete pour les nombres d'ecrits publies sur la Russie durant les 40 dernieres annees du siecle : 250 titres contre 90 pour l'Angleterre seconde de ce classement.

Ainsi durant l'age d'or du roman dont l'apogee en Russie comme en France se situe au XIXe siecle quelques ecrivains fran-gais majeurs vont marquer a jamais les esprits de leurs compatrio-tes en forgeant une image a la fois aventureuse et mysterieuse de la Russie dont les cliches elabores pourtant il y a pres de 200 ans, survivent encore aujourd'hui.

Si la Revolution de 1789 a permis de pauser les bases de l'Ecole actuelle, il ne faut pas oublier qu'a la fin du XVIIIe siecle seulement 15% de la population de l'hexagone parlait frangais et tres peu savait alors lire et ecrire. La revolution scolaire qui se paracheva par les lois Ferry (qui vit l'Ecole devenir gratuite et obligatoire en 1881), se fit reellement au cours de la seconde moitie du XIXe siecle en parallele avec la revolution industrielle. C'est a cette periode qu'un nouveau type de lecteurs apparait, plus populaire et avide de recits depaysants lui permettant de s'echapper pour un temps de sa condition precaire.

Les romans d'aventures et les romans-feuilletons publies dans les journaux populaires a 5 ou 10 centimes a l'epoque inondent litteralement la France. Et c'est l'un d'eux qui va definitivement faire connaitre la Russie a ces lecteurs : « Michel Strogoff » d'un des maitres incontestable du roman d'aventure, Jules Verne.

Paru en 1876 et ecrit specialement pour la visite du Tsar Alexandre II a Paris, ce livre fut meme en un temps ou la censure etait encore active (il faudra attendre 1881 pour que les lois sur la lib-erte de la presse soient votes en France), approuve par les autorites russes avant sa parution.

Ce roman decrit le periple dans les annees 1860 de Michel

Strogoff, courrier du tsar, de Moscou a Irkoutsk, capitale de la Siberie orientale. Sa mission est de prevenir le frere du tsar, sans nouvelles de Moscou, de l'arrivee imminente des hordes tartares qui menacent d'envahir la Siberie.

Si on suit l'itineraire de Michel Strogoff, on se rend compte qu'il passe par... Ekaterinbourg apres avoir quitte Perm et avant de rejoindre le ville de Omsk et ce avant la construction du trans-siberien.

Jules Verne ecrit :

« Ni Michel Strogoff ni les deux correspondants ne pouvaient etre embarrasses de trouver des moyens de locomotion dans une ville aussi considerable, fondee depuis 1723. A Ekaterinbourg, s'eleve le premier Hotel des monnaies de tout l'empire ; la est concentree la direction generale des mines. Cette ville est donc un centre industriel important, dans un pays ou abondent les usines metallurgiques et autres exploitations ou se lavent le platine et l'or. »

Jules Verne, ne s'etant jamais rendu en Russie fait quelques erreurs geographique mais son recit a definitivement encre l'idee encore tenace que la Russie est un Pays immense peuple de loups, d'ours donc dangereux recouvert de forets inextricables donc non propice au voyage et donc au tourisme.

Un episode celebre du roman est le combat de Michel Strogoff, muni d'un simple couteau de chasse, face a un ours ouralien de grande taille qui s'appretait a attaquer son amie Nadia qui s'etait refugiee dans sa taniere. Cet evenement ce situe, evidemment, dans l'escalade du mont Oural juste avant de rejoindre Ekaterinbourg.

Jules Verne ecrit :

« C'etait un ours de grande taille. La tempete l'avait chasse des bois qui herissaient ce talus de l'Oural, et il etait venu chercher refuge dans cette excavation, sa retraite habituelle, sans doute, que Nadia occupait alors ».

Tentative d'interpretation de revolution de la

perception de la Russie

On peut diviser la perception de nos auteurs et donc l'interpretation faite par les lecteurs sur la Russie en 4 periodes.

1700 - 1820 : Siecle des Lumiere et Preromantisme

Au debut du XVIIIe siecle, la Russie est un pays encore peu connu dont la puissance est grandissante et dont les distances tres grandes n'inquietent encore personne en France. Cette vision change progressivement au cours du temps principalement suite a la Retraite de Russie de Napoleon et l'invasion de la France par les

troupes russes en 1813. Mais alors, seuls les philosophes s'inquietent a la condition humaine dans ce pays aux confins du monde qui a vu la Grande Armee aneantie par un ennemie sour-nois : l'hiver.

Voltaire, Madame de Stael, Joseph de Maistre, Sophie Cottin, Madame Woillez..

En cette periode de reflexion sur la vie, sur l'homme et sur sa place dans le monde se succede des voyages scientifiques et d'explorations. Et c'est a cette epoque de grandes decouvertes que la Russie s'ouvre enfin au monde. Les recits scientifiques mailes d'aventures, publies dans toutes les societes « savantes » font egalement la joie des lecteurs.

Des expeditions terrestres est maritimes sont diligentes par les differents tsars.

L'astronome Frangais Louis Delisle de Croyere accompagne en 1733 les Allemands Jean Georges Gmelin, docteur et naturaliste et l'historien Gerard Frederic Muller. Cette expedition marque le debut de la reelle decouverte de la Siberie.

L'astronome et cartographe Frangais Joseph Nicolas Delisle participe en1740 a la premiere expedition au Kamtchatka.

Le Frangais Louis Delisle de Croyere accompagne le Russe Alexei Tchirikov en 1741 lors de la decouverte des cotes de l'Alaska. Il mourra de scorbut au cours de cette expedition.

Les deux dernieres grandes expeditions de la fin du XVIIIe siecle sont menees par le botaniste allemand Peter Simon Pallas en 1769-1774 et 1793-1794.

Les grandes nations de l'epoque veulent egalement s'informer sur ce grand pays et le Roi de France Louis XV envoie en 1760 l'Abbe Jean Chappe d'Auteroche, astronome pour observer le passage de Venus sous le disque solaire a Tobolsk.

Durant cette periode de preromantisme apparaissent les premiers romans d'aventure lies a la Russie et la Siberie dont le plus celebre est le fuit de la romanciere Sophie Cottin dont l'histoire pa-rue en 1806 inspirera pres de vingt ans plus tard Xavier de Maistre.

1820-1905 : Romantisme et Classicisme (ou premiere periode du Neoclassicisme)

Les auteurs font de la Russie un pays lointain, mysterieux ou il ne fait pas bon se promener dans les forets peuplees d'animaux dangereux. L'hiver est decrit comme une allegorie guerriere prete a defendre sa patrie contre tout intrus indesirable.

Xavier de Maistre, Victor Hugo, Alexandre Dumas, Theophile Gautier, Pierre Alexis Ponson du Terrail, Jules Vernes.

La Siberie est un terme egalement recurant de divers ecrits a laquelle, les auteurs finissent par associer definitivement la Russie. Ain-si, comme beaucoup de Russes pensent que la France c'est Paris ou la Cote d'Azur. La Russie apparait pour les frangais non pas comme Mos-cou ou Saint-Petersbourg mais comme synonyme de Siberie.

De nombreux ecrits parlent d'exils en Siberie que l'on peut compare en France au Bagne de Guyane dont l'histoire debute, elle, en 1795 avec les premiers deportes revolutionnaires et s'acheve en 1946.

On trouve d'ailleurs de nombreux points communs entre ces deux exils ou l'on peut parler de triples peines : exile lointain, travaux forces (exemple : travail aux forges en Siberie), climat rigoureux (froid et sec pour la Siberie et chaud et humide pour la Guyane).

Ils existes quelques reuvres a part, difficilement classable, entre le recit d'aventure et la biographie qui ont apporte des details precieux sur la Russie.

Une de ces reuvre est le recit de Joseph Alexandre Lardier qui dans ses memoires nous retrace sa vie de prisonnier des guerres napoleoniennes exile en Siberie.

1905 - 1990 : Sovietisme-Communisme

Au debut du XXe siecle, le regime despotique du tsar est com-battu par les intellectuelles frangais qui se rendent en Russie. Ini-tialement contre la premiere revolution de 1905, ils se rangent progressivement derrieres les ouvriers en observant leurs conditions de vie.

Apres la revolution d'octobre 1917, la Russie deviens un pays a la mode prisee par tous les communistes, trotskistes et autres anarchiques de toute la Terre. Les Frangais ne faillissent pas a ce constat et nombreux seront les ecrivains et journalistes qui feront leur voyage d'etude en union sovietique ou a Cuba.

Neanmoins, il existe un paradoxe en France car rappelons que le gouvernement frangais est le seul gouvernement au monde a avoir reconnu le gouvernement du general Wrangel alors que les intellectuelles faisaient cause commune avec les bolchevique. Ils enverront meme en Mer Noire un bateau, le Waldeck-Rousseau, pour aider l'evacuation des russes blancs.

Le Partie Communiste frangais est a son apogee juste apres la seconde guerre mondiale avec pres de 25% des sondages aux election.

Pendant la periode sovietique, la Russie, plutot l'URSS, est vue, avec un point d'orgue pendant les 1950 - 1970, comme un pays ferme et referme sur lui-meme ou les plans quinquennaux

succedent aux plans quinquennaux et ou la liberte d'expression n'existe pas.

Durant cette periode de nombreux intellectuels russes vien-drons trouver asile en France comme le firent les russes blancs dans les annees 1920.

La Russie bien qu'isolee n'est pas entierement oublie des fran-gais, elle revient meme en force dans a la memoire des telespecta-teurs dans une serie historique tres populaire « Les Brigades du Tigre » diffusee pour la premiere fois en 1974. Le dernier episode est vu pour la premiere fois en 1983 mais la serie sera rediffusee a de multiples reprises les annees suivantes.

Trois episodes sont entierement consacres a la Russie :

« La Couronne du Tsar »

« La Grande Duchesse Tatiana »

« La Fille de l'air »

Dans cette serie policiere qui met en scene l'elite de la police mobile frangaise au debut du XXe siecle c'est encore la Russie tsariste d'avant la revolution qui y est glorifiee.

Cette serie a ete porte a l'ecran en 2006 et le theme de la Russie y a ete egalement choisi mais cette fois-ci c'est la Russie anarchiste qui est mise en avant.

Depuis 1990 : Neoromantisme et Neoclassicisme

Comme l'histoire est un eternelle recommencement, il ne faut pas s'etonne de voir revenir une le souvenir d'une periode faste a un moment ou l'on cherche a gommer les traces du communiste.

Ainsi depuis la chute du sovietisme, le desinteret de la Russie, heritee de la Guerre Froide s'estompe progressivement.

En France les stereotypes enfouis durant presque tout le XXe siecle resurgissent comme par magie, inchanges comme du temps de l'alliance franco-russe de 1893, apogee de la periode de russo-philie en France.

La Russie des tsar, loin d'etre oubliee, reapparait dans la memoire collective grace aux ecrits de nos auteurs.

Mais le temps est encore long avant de retrouver cette connivence entre deux peuples que Pierre le Grand avait contribue a rapprocher.

La Russie n'est plus le Pays des tsars ou il fallait presque une vie pour traverser le pays.

Avec les moyens de transports modernes, les distances se sont retrecies. Internet permet de voyager sans bouger de chez soi.

S'il existe encore des ours en Russie, il faut plutot se diriger

vers la presque ile du Kamtchatka, pour avoir la chance d'en voir reellement plutot qu'en se promenant dans l'Oural. Non qu'ils aient disparus mais que contrairement a ce qu'on pense ils ne sont pas a l'affut du voyageur egare pret a defendre sa foret ou sa taniere.

Pour les plus nostalgiques le transsiberien permet de decou-vrir, a vitesse reduite, les grandes etendues de ce pays qui continue a fasciner les « explorateurs avides d'exotismes ».

Une chose neanmoins n'a pas change, quoiqu'en dise les pes-simistes du rechauffement climatique ; c'est l'hiver russe. Preuve en est, en France des que les temperatures sont negatives plus d'une semaine, on parle tres rapidement d'hiver siberien comme pour se souvenir de ces malheur exiles d'un autre temps con-frontes aux rigueurs de ce climat a nul autre pareil.

Bibliographie d'auteurs classiques de langue fran^aise ayant ecris sur la Russie

Ecrits publies entre 1731 et 1928

Voltaire (1694-1778). Voltaire n'a jamais pu voyager en Russie mais son impressionnante correspondances avec Catherine II, lettres ecrites entre 1763-1778 montre son attachement autant a la Tsarine qu'a son pays. 30 ans avant Catherine II en 1731, en bon courtisan, il avait deja fait les eloges de Pierre Ier en ecrivant « qu'il etait beaucoup plus grand homme que le roi de Suede ».

« Histoire de la Russie » (1759)

Joseph de Maistre (1753-1821). Homme politique, philosophe, magistrat, historien et ecrivain savoisien, sujet du Royaume de Sardaigne.

Il fut durant 3 ans l'ambassadeur des Etats de Savoie en Russie a Saint-Petersbourg. Il parlent principalement de la Russie dans 2 ecrits qui furent publies a titre posthume : « Les Soirees de Saint-Petersbourg ou Entretiens sur le gouvernement temporel de la Providence » (1821) et « Lettres a un gentilhomme russe sur l'inquisition espagnole » (1822).

Xavier de Maistre (1763-1852). Comme son frere Joseph, Xavier de Maistre est ecrivain savoisien de langue frangaise mais egalement general de l'armee imperiale russe (nomme en 1813). Il se battit contre les troupes napoleoniennes et il faisait parti de l'Etat Major Russe lors de la Campagne de Russie. Il se rend pour la premiere fois en Russie voir son frere en 1803 et cette rencontre va changer sa vie. En effet, Il s'y mariera et y finira sa vie. Ces deux ecrits majeurs sur la Russie sont : « La Jeune Siberienne » (1825) et « Les Prisonniers du Caucase » (1825).

Remarque : La Savoie, aujourd'hui departement frangais, a l'epoque des freres de Maistre etait un Duche rattache au Roy-

aume de Sardaigne. Une premiere fois annexee sous la Revolution Frangaise en 1792 puis de nouveau independante lors de la Res-tauration en 1815, elle ne serra definitivement rattachee a la France en 1860 apres referendum.

Mme de Stael (1766-1817). Fervente opposante a Napoleon auquel elle a consacre un livre pamphletaire, elle est contrainte, pour echapper a l'emprisonnement, de se refugier en Angleterre, elle se refugie auparavant chez un autre ennemi de l'Empereur, la Russie. Durant son exile elle prend des note pour son « De la Rus-sie et des royaumes du Nord » qui ne paraitra qu'a titre posthume en 1821 dans la deuxieme partie du livre « Dix annees d'Exil ». On y apprend beaucoup sur le caractere du peuple russe, sur le regime politique de ce temps et sur la vie et les moeurs des dif-ferentes classes de la societe.

Sophie Cottin (1770-1807). Marquee par la revolution qui lui a pris son mari, Sophie va s'enfermer dans l'ecriture. « Elisabeth ou les exiles de Siberie » (1806) est le dernier livre de Sophie Cottin. L'auteur dans sa preface nous apprend que le personnage principal de son roman, qui cherche a sauver son pere de l'exil, est une his-toire vraie.

Catherine-Therese Woillez nee Rieder (1781-1859). Catherine Woillez est l'auteur d'un grand nombre de romans et par-ticipe a l'essor de la litterature enfantine au cours du dix-neuvieme siecle.

« L'Orpheline de Moscou, ou la Jeune institutrice » (1841) est l'ouvrage culte de Madame Woillez qui fait l'objet de 58 editions.

Robert Guillemard (1785-?). « Memoire de Robert Guillemard, Sergent en retraite (1805-1823) » (1826) ecrit sous le pseudo de Robert Guillemard par Joseph Alexandre Lardier (1786-) aidee par Charles Oge Barbaroux (1792-1867).

Il n'existe pas beaucoup d'information biographique sur Robert Guillemard. Jeune recrue de la classe 1805, enrole dans les ar-mees de napoleons (ce qui lui donne une annee de naissance comprise entre 1784 et 1786). Dans son livre, il raconte que son pere, Pierre Guillemard, etait maire de Six Fours, une petite ville merid-ionale a cote de Toulon, avant pendant et apres la Revolution. Des detaillent prouvent que ces memoires sont une fiction et que Robert Guillemard, dont certains de ses contemporains cherchent a rencontrer des 1826 juste apres la sortie du livre, n'est que le fruit de l'imagination fertile d'un ecrivain. Lors de la seconde edition de 1827, devant le succes de son « Memoire » deja traduit en anglais et en allemand, l'auteur avoue que son livre est un roman histori-que et non les vraies memoires du sergent Guillemard qui n'a ja-

mais existe. Il nous apprend qu'une partie des evenements relates, il les a lui-meme vecus et pour les autres se sont des faits qu'il souhaitait qu'ils ne soient pas oublies. Il a d'ailleurs ete nomme lui meme sergent en 1809 dans la marine imperiale. En regardant l'annee de naissance de son heros on se rend egalement compte qu'elle coincide egalement a la sienne.

Dans un de ces chapitres, il raconte comment Robert Guille-mard a ete fait prisonnier a la bataille de la Moscowa le 7 septem-bre 1812, puis exile en Siberie avec d'autres prisonniers frangais pour travailler dans une forge de Nijni-Taguil « zavode ».

Alexandre Dumas (1802-1870). En 1858 et 1859, durant un periple de 10 mois Alexandre Dumas va promener sa plume au rythme de ses peregrinations de Saint-Petersbourg a Astrakhan, en passant par Moscou, Nijni-Novgorod et Kazan, il fait plonger ses lecteurs au coeur de la Russie profonde : il les initie a l'oeuvre de Pouchkine et aux sagas finlandaises, il les emmene sur le champ de bataille de la Moskova ou a la foire de Nijni-Novgorod, chez les Armeniens, les Kalmouks et les Cosaques, il leur raconte avec un brio etincelant les principaux evenements qui ont jalonne l'histoire de l'Empire des tsars, il leur presente les grands personnages qui en furent les acteurs, d'Ivan le Terrible a Pierre le Grand et a la Grande Catherine.

En 1859 il publiera deux recits de voyages « de Paris a Astra-kan » et sa suite « le Caucase » mais egalement deux romans « La Boule de Neige » et « Sultanetta » rapportes eux aussi de Russie inspires de legendes russes.

Avant de se rendre en Russie il avait deja ecrit un Roman sur ce pays qui le fascinait : « Le maitre d'armes » (1840), dans lequel il retragait le parcours d'un maitre d'armes frangais Augustin Gris-ier (1791-1865), revenu d'un sejour de dix ans au pays des tsars, ou il enseignait l'art de l'escrime aux jeunes aristocrates de Saint-Petersbourg et de Moscou. Parmi ceux-ci figurait Ivan Alexelevitch Annenkov, qui fut deporte en Siberie pour avoir participe a la conspiration de decembre 1825.

Victor Hugo (1802-1885). Il n'est pas possible de parler du XIXe siecle sans parler de Victor Hugo. Certes il n'a pas ecrit par-ticulierement sur la Russie mais il a contribue, par le biais d'un seul poeme, a assoire la legende doree de Napoleon et a mythifier l'hiver russe.

Son « Il neigeait, on etait vaincu par sa conquete... », l'Expiation, marquant la Retraite de Russie de Napoleon est publie dans le recueil de poesies « Les Chatiments » (1853). Ce seul poeme a marque et marque encore des generations d'ecoliers

frangais. Les premiers vers donnent le theme: la terre russe est une terre hostile qui a raison de ses envahisseurs.

Theophile Gautier (1811-1872). Irascible voyageur, l'un de ces periples conduira Theophile Gautier en Russie en 1858. De ces souvenirs il consacrera plusieurs articles dedies aux « Tresors d'art de la Russie ». Comme Alexandre Dumas la meme annee, il fait part au public frangais de ses impressions de voyages dans une serie d'articles qu'il reunira ensuite dans un volume « Voyage en Russie » (1866).

Jules Verne (1828-1905). Si l'on se penche sur la bibliographie de Jules Verne outre « Michel Strogoff » (1876), on trouve au total neufs ouvrages plus ou moins connus qui traitent directement ou indirectement de la Russie : « Aventures de trois Russes et de

trois Anglais dans l'Afrique australe » (1872)

« Michel Strogoff » (1876)

« Hector Servadac » (1877)

« Keraban le tetu » (1883)

« Robur le conquerant » (1886)

« Sans dessus dessous » (1889)

« Cesar Cascabel » (1890)

« Clodus Bombarnac » (1892)

« Un Drame de Livoine » (1904)

Mais « Michel Strogoff » reste l'ouvrage qui a marque toutes les generations de lecteurs de Jules Verne et aura contribue a en-crer dans l'inconscient collectif des frangais les cliches sur la Russie. Une entreprise reussie de main de maitre par l'un des seuls grands auteurs frangais qui consacre un livre dont l'action se de-roule entierement en Russie alors que lui meme n'a jamais pose un pied dans ce grand pays.

Pierre Alexis Ponson du Terrail (1829-1871). Il fut le fournis-seur de romans-feuilletons pour toute la presse parisienne pendant plus de vingt ans. C'est en 1857 qu'il entame la redaction du premier roman du cycle Rocambole, hero recurant de son reuvre, qui contribuera a asseoir sa notoriete. La Russie apparait des le premier roman de cette saga, l'action du prologue debute en 1812, au cours de la retraite de Russie.

Au moins trois de ces romans consacres a Rocambole parlent de la Russie :

« L'Heritage Mysterieux » (1857)

« Le Club des Valets de Creur » (1858)

« La Resurrection de Rocambole » (1865)

Louis-Henri Boussenard (1847-1911). Auteur aujourd'hui quasi oublie en France, Boussenard connait un grand succes en Rus-

sie, ou une quarantaine de ses romans d'aventures sont traduits ou il est fort justement compare a Jules Verne. Quelques unes de ses reuvres parlent tout naturellement de la Russie :

« De Paris au Bresil par terre, a la poursuite d'un heritage » (1892)

« Les Frangais au Pole Nord » (1892)

« Le Zouave de Malakoff » (1903)

On peut ajouter a cette liste quelques ecrivains plus « re-cents », auteurs dont les reuvres, lors de leur sortie n'etait pas encore ou tres peu concurrencees par d'autres mediats tel la radio, le cinema, la television ou internet.

Gaston Leroux (1868-1927). Il est devenu celebre a la suite de son roman « Le Mystere de la Chambre Jaune » (1907) dans lequel apparait pour la premiere fois son reporter detective fetiche « Rouletabille » qui se verra confier une mission en Russie dans son livre « Rouletabille chez le Tzar » (1912). Mais l'un de ses li-vres meconnu reste « L'agonie de la Russie Blanche », suites d'articles paru pour la premiere fois dans le journal parisien « Le Matin » et repris ensuite dans un ouvrage unique. Ces articles s'avereront a posteriori prophetique, sur la Russie du dernier Tsar, pays ou Gaston Leroux, alors reporter, a effectue 3 voyages de 1897 a 1906.

On ne peut pas parler de Gaston Leroux, non plus, sans evoquer un autre de ses succes « Le Fantome de l'Opera » (1910).

Albert Londres (1884-1932). Grand reporter et ecrivain il re-ussi a penetrer en Russie en 1920 et il publiera « Dans la Russie des Soviets ». Il est considere comme l'archetype du grand reporter, dont un prix porte son nom.

Blaise Cendrars (1887 -1961). Ecrivain d'origine suisse naturalise frangais, il passa 3 ans de sa vie en Russie de 1904 a 1907 ou il ecrira une reuvre de jeunesse qu'on a cru longtemps perdu : « La Legende de Novgorod, de l'Or gris et du Silence » (1907). Poete aguerrie il ecrira par la suite sa tres belle ode au trans-siberien : « La Prose du transsiberien et de la petite Jehanne de France » (1913) extrais :

« .Et nous allions, grace au Transsiberien, le cacher de l'autre cote du monde. Je devais le defendre contre les voleurs de l'Oural qui avaient attaque les saltimbanques de Jules Verne. »

Joseph Kessel (1898-1979). Ecrivain-reporter russe ne en Li-tuanie naturalise frangais, il ecrira notamment sur la Russie. Durant la premiere guerre mondiale, engage volontaire, il effectue une mission en Siberie. Il publie en 1922, un premier recueil, une serie de nouvelles sur la Revolution Bolchevique « La Steppe

rouge ». La thematique de la diaspora russe revient regulierement dans son reuvre : « Le The du capitaine Sogoub » (1926), « Les Nuits de Siberie » (1928).

РЕЗЮМЕ. В статье Эрика Дешама анализируется эволюция образа России во французском читательском сознании. Этот образ возник еще в начале 19 века в приключенческой литературе и за время своего существования претерпел значительные изменения. Обращение к этому вопросу тем более актуально, что 2010 год - <Год Франции в России и России во Франции>. Анализируя произведения Вольтера, Жозефа и Ксавье де Мест-ра, Жюля Верна, Александра Дюма, Теофиля Готье, Виктора Гюго и многих других французских писателей, автор выделяет четыре этапа развития стереотипов, связанных с образом России. Его эволюция начинается с довольно сурового образа таинственной страны, далекой и опасной, покрытой непроходимыми лесами, где повсюду разгуливают волки и медведи. Здесь есть место отважным героям, способным простым охотничьим ножом уложить огромного медведя, спасая подругу от неминуемой гибели. Следующий этап связан с формированием образа страны, где царит анархизм. Русская зима по-прежнему возникает в ряду образов, используемых французскими писателями, но рисуется теперь как аллегория войны, проигранной Наполеоном. Автор исследует также причины прочной ассоциации России с Сибирью, ставшей практически полным ее синонимом. Наконец, на последнем этапе образ России существенно меняется. И хотя это все еще далекая и не совсем понятная страна, но более открытая и готовая к контактам после многих лет изоляции и замкнутости на самой себе. Что не меняется, так это образ русской зимы, раз и навсегда закрепившийся во французском языковом сознании. Как только во Франции температура падает ниже нуля и держится на этом уровне около недели, французы тут же начинают говорить о ни с чем не сравнимых сибирских холодах. В конце статьи приводится библиография классических французских авторов, писавших о России.